Actas de la Sociedad Científica de Chile, Volume 3

Voorkant
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 209 - ... recouvrait une pièce d'eau faiblement gelée. Au moment de leur chute, les Météorites sont à une très haute température; mais la chaleur parait tout à fait localisée à la surface, l'intérieur étant au contraire remarquablement froid. On ne peut en citer de plus bel exemple que celui de la pierre de Dhurmsalla, Indes (14 juillet 1860), dont les fragments recueillis immédiatement après la chute et tenus dans les mains pendant un instant, étaient tellement froids que les doigts en...
Pagina 261 - Jlfontréjite, etc.), n'ont pas de correspondant exact parmi les roches terrestres qui nous sont connues ; mais elles ont des traits de ressemblance évidente avec les roches silicatées magnésiennes, telles que les Lherzolithes, les Serpentines, etc. Des deux côtés, les éléments constitutifs sont les mêmes et la différence tient surtout à une proportion différente d'oxygène. Tandis que, dans les roches terrestres, tous les corps oxydables sont oxydés, quelques-uns d'entre eux sont au...
Pagina 260 - En tous cas, si la communauté d'origine des deux ordres de météores, même supposée réelle, ne se traduit par aucune circonstance constatable, il ne reste aucun motif de l'admettre. La plupart des astronomes qui discutent ces questions n'ont pas étudié en détail la structure des divers types de roches cosmiques. Les conditions extraordinairement complexes que suppose, par exemple, la constitution intime du célèbre fer de Pallas, sont absolument incompatibles avec la supposition d'une origine...
Pagina 80 - La peau des Batraciens est nue et muqueuse, semblable sous ce rapport par exemple à la muqueuse vaginale de la femme, et cette dernière muqueuse est soumis à des mues périodiques comme la peau des Batraciens.
Pagina lxxi - Prix décerné, par la Société Impériale des amis des sciences naturelles de Moscou en mémoire des Congrès internationaux de 1892 et en l'honneur de SAI le Grand-Duc héritier Nicolas Alexandrovitch.
Pagina lxx - ... relations de cette faune avec les faunes voisines. Le Jury acceptera des travaux portant, soit sur un embranchement, soit sur une classe du règne animal. Les travaux manuscrits ou imprimés depuis le dernier Congrès (Congrès de Moscou) devront être écrits en français et envoyés, avant le 1er mai 1895, à M.
Pagina 228 - A la vue de ces couches, dont la nature minéralogique est en rapport si constant avec la situation relative dans l'ensemble de la masse, l'idée vient immédiatement que l'on se trouve en présence d'un de ces filons concrétionnés en cocardes, si fréquents, par exemple, dans les mines plombifères du Hartz.
Pagina lxx - Etude de la faune d'une des grandes régions du globe et relations de cette faune avec les faunes voisines. Le jury acceptera des travaux portant soit sur un Embranchement, soit sur une Classe du Règne animal. Les travaux, manuscrits ou imprimés depuis le dernier Congrès, devront être écrits en français et envoyés avant le /er mai J895 à M. le Président du Comité permanent, au siège de la Société Zoologique de France, 7, rue des Grands-Auguslins, à Paris.
Pagina 208 - ... directions. L'explosion est accompagnée, d'un bruit qui n'arrive à l'oreille des spectateurs qu'après un temps appréciable, souvent plusieurs minutes. Il est alors formidable, et si l'on réfléchit qu'il se produit dans les régions de l'atmosphère où l'air, extrêmement raréfié, se prête très mal à la propagation du son, on reste convaincu qu'il doit prodigieusement dépasser en intensité les bruits, même les plus forts, qui viennent habituellement frapper. nos oreilles. Cette...
Pagina 244 - A l'origine, la roche dont la météorite de Sétif est un échantillon formait une couche au-dessus de celle qui est représentée par le fer de Caille et dont elle pouvait d'ailleurs être séparée par de nombreux intermédiaires. A un certain moment, la roche de Caille a été injectée à l'état de fusion au travers de la roche de Sétif, qui lui était superposée exactement comme nous voyons sur la terre le porphyre être injecté dans le granite.

Bibliografische gegevens