Sidebilder
PDF
ePub

du cadavre n'a laissé aucun doute. On a trouvé, union, je me regarderais comme ayant enfin trouvé sur elle une lettre touchante dont on montrait la ce bonheur parlait que je commençais à regarder copie : en voici une phrase :

comme une prétention ridicule de ma part." . in Je serai oubliée aussitôt qu'enterrée; mais, Elle est partie pour l'Angleterre ; sans doute au. avant cel oubli final d'une pauvre fille trop mal. jourd'hui on l'appelle Madame Villeraye.'—vol. ii. heureuse, j'espère que l'on dira dans tout Tréscloître : pp. 83, 84. Victorine fut parfaitement sage." '-vol. ii. p. 280– 282.

We have little doubt that the meloElsewhere (vol. ii. p. 266) the tourist dramatic genius of the Boulevards will notes— Il y a souvent des suicides ici. turn to good account this exquisite ruseLa vie est estimée partout ce qu'elle vaut of wooing a rich widow by proposing to -c'est à dire peu de chose.'

make her, not a wife, but a mistress :We have no inclination to meddle with and then, in the course of nature, we may M. Beyle's ample assortment of merely look for a philosophical and sentimental gay and festive intrigues and adulteries. English novel in three volumes, with CapThe reader appreciates already his pro- tain Fitzcrocky for hero, and Viscountess found indifference as to the question of Broadstairs, or the Duchess Dowager of moral or immoral in all affairs of-to use

Ramsgate, for vetula beata. his own phrase-- l'amour, ou ce qui lui

M. Beyle indicates, with undisguised ressemble le plus.' He writes of course regret, that out of the easy elegant bonne for the class which he thus compliments compagnie whose favour he aspires to, the and describes—La bonne compagnie, seul moral condition of the nation is regarded juge légitime de tout ce qui nous impri- with alarm as well as abhorrence. Most mons, a une ame de soixante-dix ans.' strenuous efforts are making to restore It is among such readers of course that the prejudice to which he assigns the date he considers the idea of death' as having of Constantine the Great—though we become to be what it was before the time lieve it is generally admitted that Chrisof Constantine ;-in other words, he writes tianity was not actually invented by the for a public which he presumes to be Council of Nice. The rapidity with heathen--a public which still acknowled- which the clergy are re-establishing them. ges no bible but Voltaire. When man selves in the management of education in dethrones God,' says a Frenchman of all its branches; the zeal of the resident another school, he must necessarily find proprietors in erecting and endowing some other object of worship. He makes schools-all under ecclesiastical control; a god of man--he deifies man's faculties, the already almost complete engrossing his passions—even his vices. It was so

of female education in the provinces by in the old world—it is the fashion again.' religious sisterhoods, who find funds for

There is one historiette, however, of building new nunneries on a scale of ex which we must be allowed to quote the traordinary extent and splendour—these closing paragraph. It is the di nouement things are expatiated upon throughout of the romantic passion of a charming but whole chapters of the Touriste.' The pennyless hussar of five-and-twenty for a quantity of money which the priests and certain widow of fifty (whose daughter is nuns can command for such purposes ap. in love with him by the by), possessing pears, in fact, to be enormous; and is three fine chateaux, and somewhere about only to be accounted for by the flourish. 10,0001. a year. We take it for granted ing condition into which absence from that M. Beyle does not give the true

Paris has already brought the revenues of names, and mystifies to a certain extent the Carlist gentry. M. Beyle is of opithe circumstances, of the parties.

nion that all goes on in strict accordance

with the views, and even in strict obedi. • Par les femmes de chambre, on a obtenu quel ence to the instructions, of certain unseen ques détails précieux sur la conclusion de l'aven. managers for the legitimate branch of the promenant au jardin avec Madame de Nintrey de royal family; but in whatever motives he vant les persiennes du rez-de-chaussée, lui tint à may seek an explanation for the secret peu près ce langage: “Il faut, Madame, que ję orders, he does not affect to doubt the vous fasse un aveu que ma pauvreté connue rend strength of the religious feeling which bien humiliant pour moi. Je ne puis plus espérer actuates the paymasters, though he takes de bonheur qu'autant que je parviendrai à vous in. spirer un peu de l'attachment passionné que j'ai good care to tell us that engravings of the pour vous.

Et comment oser vous parler d'amour young Henri V. are very common in the sans ajouter le mot mariage? Et quel mot affreux parlours of the seminaries. et humiliant pour un homme ruiné ! Je ne pourrais plus répondre de moi si j'étais votre époux; l'hor.

He bears a candid testimony to the prireur du mépris me ferait faire quelque folie. Si vate virtues, as well as the polished manl'argent au contraire n'entre pour rien dans notre iners, of the country noblesse. He says

a

the peasantry have lost, to the best of his les appréter, et douze au moins de ces manières sont belief, their prejudice against the Carlists inconnues à Paris. altogether. From the day of M. de Vil

• M. Robert, négociant, ancien officier, homme de

ceur et d'esprit, acquit des droits éternels à ma relèle's milliard,' the jealous fear about connaissance, en me présentant à une société de lost in the old Revolution, which had pre- seinaine, chacun à son tour. Celui qui manquait ulterior designs of reclaiming property gens qui savaient dîner. Ces messieurs, au nombre vailed very generally, began to be drop- au dîner payait une amende de douze bouteilles de ped. He thinks it has now died out. vin de Bourgogne. Ces messieurs avaient des cui. The habitual residence of these families sinières et non des cuisiniers. A ces dîners, point among them has had its natural effect on de politique passionnée, point de littérature, aucune both sides. Their influence, he adds very était de bien manger. Un plat était-il excellent, on

prétention à montrer de l'esprit; l'unique affaire significantly, is not confined to the peas- gardait un silence religieux en s'en occupant. Du antry. He abstains from pointing out reste, chaque plat était jugé séverement, et sans names and numbers, but confesses that at complaisance aucune pour le maître de la maison. several places the conversation of the gar- nière pour recevoir les complimens, qui souvent

Dans les grandes occasions, on faisait venir la cuisi. rison officers had 'a peu près le ton de n'étaient pas unanimes. J'ai vu, spectacle touchWaverley!

ant, une de ces filles, grosse Maritorne de quarante The question of dynasty, however, is a ans, pleurer de joi a l'occasion d'un canard aux secondary one. M. Beyle does not connaissons que la copic de ce plat-la.

olives; soyez convaincu qu'à Paris nous ne con. ceal his apprehensions that throughout •Un tel dîner,où tout doit etre partait, n'est pas une many very extensive and important class- petite affaire pour celui qui le donne ; il faut être en es of French society the appetite for

course dès l'avant. veille : mais aussi rien ne peut real revolution' is ardent. He endeavours plupart riches négocians, font très bien une prome.

donner l'idée d'un pareil repas. Ces messieurs, la to console himself with the recollection nade de quatre-vingts lieues pour aller acheter sur les that of the thirty-five millions in France, lieux tel vin célèbre. J'ai appris les noms de trente five millions are proprietors of lands or sortes de vins de Bourgogne, le vin aristocratique houses, and hopes that here is a standing Ce qu'il y a d'admirable dans ces dîners, c'est qu'une

par excellence, comme disait l'excellent Jacquemont. force of conservatism sufficient to keep heure après on a la tête aussi fraîche que le matin, down the effervescing spirits. And we après avoir pris une ta-se de chocolat. hope he is right; but at the same time- • Lyons abonde en poissons, en gibier de toute to say nothing of the general demoraliza-espèce, en vins de Bourgogne ; avec de l'argent,

comme partout, on y a des vins de Bordeaux excel. tion of feeling-he gives a frightful pic- lens ; et enfin Lyons possède des légumes qui réelle ture of the wretched poverty of the peas- meni n'ont que le nom de commun avec ces herbes antry throughout many of the provinces : insipides que l'on ose nous servir à Paris. '-vol. i. twice over he distinctly says that he does pp. 208–210. not believe any West Indian negroes ever We need not say that we most earnestly underwent such hardships as-three-fourths hope M. Beyle is right in the view he of the French peasantry' are now endur- takes of the prospects of the great, the ing. These people, he own, believe that rich, French conservative party—the edthe classes immediately above them, who ucated part of the nation, possessing have obtained comparative comfort, owe probably almost all the land and all the that to nothing but the hardy masked rob- moneyed capital—in case of direct hostile bery of other men's possessions during collision between what Sancho Panza calls the tempest of 1792. We take not with the two eternal enemies, the House of out considerable allowance, the represen- Have and the House of WANT. Not to tations which fastidious travellers give of hope this as regards France would be to the actual condition of working people despair of it, or very nearly so, as regards in any country: but, unless M. Beyle be England, and therefore as regards all Eua very gross exaggerator, the French

rope,
and even America.

But we are manufacturing population, especially that bound to confess our very reluctant conof Lyons, are in an awful abyss of misery viction that France must pass, within no and degradation ; and we cannot but sus- distant period, through the severest ordeal pect what his object was, when he put in- that ever any national system underwent. to the very page after one of his most We, even if we had no authority to lean eloquent expositions of that fact, such a on but that of this very able tourist himpicture as the following :

self, could not but perceive that there is • Je ne connais qu'une chose que l'on fasse très still a very powerful Buonapartist party ; bien à Lyons ; on y mange admirablement, ct, selon that it includes a considerable portion of moi

, mieux qu'à Paris. Les légumes surtout y sont the upper classes, not a few, indeed, of l'on cultive vingt-deux espèces de pommes de terre ; the most influential names; a portion yet

Lyons, j'ai vu vingt-deux manières differentes de more considerable of the mercantile and

moneyed interest, both in Paris and the parent that the Tourist is no exception to provinces; the heart and spirit, to an ex- the rule. After one of his most energetic tent more formidable' still, of the enor- preachments about the unrivalled genius mous army; and the inflammable imagi- of Napoleon, he passes into an ingenious nation of the vast body of young men as well as ingenuous exposition of the inborn little fortune, and educated in the compatibility of his keeping possession principles of the ante-Constantine epoch, of the throne with any such advances as whose heads have been turned, as M. have been made of late years in civil Beyle says, 'for fifty years to come,' by freedom, and exclaims, in conclusion, what they must read and hear about a Vive la bataille de Waterloo ! Yet he certain lieutenant of artillery and his en. is much pleased with certain mysterious tourage.' We extremely doubt whether revelations confided to him by an English this party could, under promising circum- Whig-'un charmant officier Anglais, stances, resist ultra-democratical tempta- he says,— qui rit quelquefois, c'est le tions. We also perceive, even from M. nommer;' and though it is far from true Beyle alone, the deep root which the that only one charming Whig colonel has cause of the elder Bourbons has in France, fine teeth, we rather think we could name and the all but certainty that this influ- the gentleman. What especially delights ence must, ere long, produce itself openly M. Beyle is the communication by this on the scene of political action; and we frank colonel of some details, 'not fit to have only to read the Gazette de France, be published before 1850,' which tend to and remember the audacious pranks of account for the seemingly inexplicable our own Bolingbrokes, in order to dispel resolution manifested on the 18th June, every doubt of the possibility of exiled 1815, by the 'très prudent Duc de Wel. monarchy trying to convert impatient lington. What this portentous secret may democracy into the instrument of its am- be, we do not pretend to divine; but, in bition. There remains the unmeasured the meanwhile, we must be contented force of pure republicanism. The only with drawing our own conclusions from intellectual influences sure to be on the M. Beyle's own commentary upon a side of general conservatism seem likely scene which he witnessed on board a to be, day after day, more unfavourable French steam boat. He describes the to the pretensions of the existing dynasty. tumult of disobedience and disorder conWe are, in short, of opinion that the death, sequent on an alarm of fire in the vessel come when it may, of Louis Philippe, -their hair-breadth escape-and-after will mark a more doubtful crisis than has some rather indignant remarks on the ever yet been encountered by France, contrast between Frenchmen in the moand, through her, by modern European ment of active assault, and Frenchmen property and civilisation. The cool, called to stand firm under difficulty and dexterous, astute roi, homme supérieur, disaster-he winds up as follows: in spite of all his admirable talents and imperturbable courage, has never been • It does not appear that the French ever beat able to excite the remotest shadow of the English in a battle on land but once, and then

we had a German (the Maréchal de Saxe) for our anything like personal feeling, enthusi

general.' asm, loyalty, for himself: he rests upon nothing but qualities which no human Does he mean to insinuate that they ever being can be sure of transmitting; and beat us in a battle at sea ? the incessant attempts upon his life prove

Not the least agreeable parts of this nothing so clearly as the universal con- book are those in which our author deviction of the nullity of his majesty's scribes and discusses monuments of an

We cannot bút recall the words tiquity and works of art. We can afford of the Augustan historian :

-Neminem little space to these things—but here are prope magnorum virorum utilem filium a few specimens. reliquisse satis claret. Denique aut sine liberis interierunt, aut tales habuere pleri Ce matin, par un beau soleil, je passais devant que ut melius fuerit de rebus humanis des morceaux de viande bien fraîche étaient étalés

une boucherie très proprement tenue : sine posteritate discedere.'

sur des linges très blancs. Among all their innumerable and irre Les couleurs dominantes étaient le rouge pale, concilable feuds and spleens, the French le jaune, et le blanc, of all parties seem to have one point of

• Voilà le ton général d'un tableau de Rubens, aiagreement --hatred of England ; and je pensé." though he disclaims it bravely, it is trans • Dans cette même église des Petits-Augustins

sons.

[ocr errors]

6

[Lyons), on a placé, dans un coin, le platre d'un pagnie ; plus la chose que l'on dit est importante buste de Michel.Ange, fait, je pense, vers 1560. Si pour qui la dit, plus il doit avoir l'air impassible. vous voulez voir la différence des génies français et Comment fera la pauvre sculpture, qui ne vit que italien, allez au musée du Louvre ; à six pas de la de gestes ? Elle ne vivra plus. Si elle veut repré. porte en entrant, vous trouvez un buste français de senter les actions énergiques des grands hommes du Michel-Ange. C'est un tambour major qui se fâche. jour, elle est réduite le plus souvent à copier une Il est contre le génie des Français de reconnaître affectation. Voyez la statue de Casimir Périer au l'idée qu'ils se font de Michel-Ange, et de l'import. Pére.Lachaise; il parle avec affectation, et, pour ance qu'il devait se donner dans l'homme mélancoli parler à ses collègues de la chambre, il s'est revêtu que et simple de l'église des Petils-Augustins.' de son manteau par dessus son uniforme ; ce qui

donnerait l'idée, si cette statue donnait une idée, Ce matin, mon Anglais et moi nous sommes que le héros craint la pluie à la tribune. allés voir dans un salon de l'Hôtel de Ville, et moy. · Voyez le geste du Louis XIII. de M. Ingres au ennant le prix d'entrée d'un franc, la Mort de Fe. moment où il met son royaume sous la protection raud, grand ci magnifique tableau de M. Court, de la Sainte. Vierge. Le peintre a voulu faire un sifflé à Paris. Il y avait foule, et j'avoue que je geste passionné, et, malgré son grand talent, n'est suis de l'avis des Lyonnais; je ne partage point parvenu qu'à un geste de porte faix. La sublime Phumeur des Parisiens. Mon Anglais a remarqué gravure de M. Calamata n'a pu sauver les défauts des gens de la société de Bellecour, qui amenaient de l'original. La madonne fait la moue pour être la leurs enfans pour leur inoculer l'horreur de la ré. grave et respectueuse. Elle n'est pas grave malgré publique. L'idée est fort juste : cette tête coupée elle, comme les vierges de ce Raphael que M. Inet livide peut frapper vivennent un enfant et décider gres imite. pour la vie de ses penchans politiques. L'Anglais • Voyez le Henri IV. du Pont-Neuf, c'est un cons'étonne du peu de succès de ce tableau.

scrit qui craint de tomber de cheval. Le Louis '- Vous verrez, lui dis-je, que M, Court n'est XIV. de la place des Victoires est plus savant ; c'est d'aucune camaraderie.

M. Franconi, faisant faire des tours à son cheval • Ce tableau donne la sensation d'une grande devant une chambrée complète. foule, de l'agitation passionneé de cette foule ; et Marc-Aurèle au contraire étend la main pour quand l'eil frappé de l'aspect de l'ensemble arrive parler à ses soldats, et n'a nullement l'idée d'etre a observer les groupes, chacun d'eux est d'un bel majestucux pour s'en faire respecter. effet et augmente l'impression générale. Les figures Mais, me disait un artiste français, et triom. de femmes sont fort bien, et pourtant ce ne sont phant de sa remarque, les cuisses du Marc-Aurèle point des copies de statues grecques ; ce sont de rentrent dans les côtes du cheval. vraies Françaises. Les représentans sont des hom. • Je réponds : J'ai vu une lettre de l'écriture de mes indignés et magnanimes ; les insurgés des fau. Voltaire avec trois fautes d'orthographe. buurgs sont furieux. On ne peut plus oublier, • J'aurais pu donner une vive jouissance à co après l'avoir vue une fois, la joie stupide de l'homme brave homme, en lui apprenant que, contrairement du peuple qui se fait gloire de porter au bout d'une aux idées du savant M. Quatremère, la statue de pique la tête de Féraud. Chaque groupe exprime Marc-Aurèle est toute de pièces et de morceaux. nettement une certaine action. Enfin, chose qui Avec quelle vanité n'eût-il pas triomphe de la su. devient de jour en jour plus rare, la forme des corps périorité des fondeurs actuels! C'est ainsi que les humains est respectée, ces jambes, ces bras, ap-artistes qui ont fait les statues de l'abbaye du Brou, partiennent à des gens vigoureusement constitués, dans le Bugey, savaient faire une feuille de vigne et animés en ce moment d'une passion désordonnéc. séparée par une distance de trois pouces du bloc de Rien de mesquin ni de pauvre dans les formes, et marbre d'où elle a été tirée. pourtant rien qui rappelle trop crûment l'imitation • Le mécanisme de tous les arts se perfectionne : des statues. La couleur n'est pas brillante; elle on moule des oiseaux à ravir sur nature ; mais les n'est pas une fête pour l'æil charmé, comme celle rois et les grands hommes quc nous mettons au mi. de Paul Véronèse, mais elle n'est pas choquante : lieu de nos places publiques ont l'air de comédiens, la composition générale est fort bien; enfin, pour et, ce qui est pis, souvent de mauvais comédiens. suprême louange, les personnages n'ont pas l'air *Le Louis XIV. de la place de Bellecour est un d'acteurs jouant, si bien qu'on veuille le supposer, écuyer qui monte fort bien à cheval. Peut-être le drame de la mort de Féraud et du courage de qu'un ministre de l'intérieur a posé devant le statuBoissy-d'Anglas.

aire.' • j'écris devant une fenêtre qui domine la place

· LE PONT DU GARD. de Bellecour et la statue de Louis XIV., qu'il faut faire garder par une sentinelle.

Vous savez que ce monument, qui n'était qu'un • Ceite statue de Louis XIV., est fort plate, mo. simple aqucduc, s'élève majestueusement au milieu ralement parlant, mais elle est parfaitement resem de la plus profonde solitude. blante. C'est bien lá le Louis XIV. de Voltaire; • L'ame est jetée dans un long et profound éton. c'est tout ce qu'il y a au inonde de plus éloigné de nement. C'est à peine si le Colisée, à Rome, m'a la majesté tranquille et naturelle de Marc-Aurèle jeté dans une rêverie aussi profonde. du Capitol. La chevalerie a passé par là.

Ces arcades que nous admirons faisaient partie * Au reste, je vois ici deux métiers bien difficiles ; de l'aqueduc de sept lieues de long qui conduisait à celui de prince et celui de statuaire. Faire de la Nîmes les eaux de la fontaine d'Éure ; il fallait majesté qui ne soit pas ridicule est une rude affaire leur faire traverser une vallée étroite et profonde ;aujourd'hui. Vous faites certains gestes, vous re. de là le monument. levez la tête, pour me donner l'idée, à moi, maire de On n'y trouve aucune apparence de luxe et petite ville, que vous êtes une prince—vous ne vous d'ornement; les Romains faisaient de ces choses donneriez pas la peine de faire ces gestes si vous étonnantes, non pour inspirer l'admiration, mais étiez seul ; il est naturel que je me dise ; Est-ce que simplement et quand elles étaient utiles. L'idée ce comédien réussit ? est-ce que je le trouve majes- éminemment moderne, l'arrangement pour faire de tueux ? Cette seule question détruit tout sentiment. L'effet, est rejetée bien loin de l'ame du spectateur,

• Il y a long.tems qu'on ne fait plus de gestes et si l'on songe à cette manie, c'est pour la mépri. et qu'il n'y a plus de naturel dans la bonne com. L'ame est remplie de sentimens qu'elle n'ose

6

ser.

raconter, bien loin de les exagérer. Les passions | ART. V.-The State in its Relations with vraies ont leur pudeur.'-vol. ii. p. 254.

the Church. By W.E. Gladstone, Esq.,

Student of Christ Church, and M. P. for : Par malheur il n'y a pas de hautes montagnes Newark. London. 8vo. Third Ediauprès de Paris; si le ciel eût donné à ce pays un 1 tion. 1839. lac et une montagne passables, la littérature fran. çaise serait bien autrement pittoresque. Dans les beaux temps de cette littérature, c'est à peine si L1 If any one, twenty, or even ten years Bruyère, qui a parlé de toutes choses, ose dire un back, had prophesied, that in 1839 we mot, en passant, de l'impression profonde qu'une should be seriously discussing the proprivue, comme celle de Pau ou de Cras, en Dauphiné, ety of maintaining a national religion, he laisse dans certaines ames. sation, les plats écrivains de notre siècle parlent would have been looked on as an idle sans pudear et sans mesure de ces choses là, et les alarmist. Something of the kind might gâtent autant qu'il est en eux.

have been expected at a distant period ; · Le pittoresque, comme les bonnes diligences et but very few anticipated that the spirit of les bateaux à vapeur, nous vient d'Angleterre ; un beau paysage fait partie de la religion comme de CHANGE would advance upon them with l'aristocratie d'un Anglais; chez lui c'est l'objet such strides as we have recently witnesd'un sentiment sincère.

sed. The controversy, however, has com'La première trace d'attention aux choses de la

menced; and a controversy of a very difnature que j'ai trouvé dans les livres qu'on lit, c'est cette rangée de saules sons laquelle se réfugie ferent kind from the theories of Warburle duc de Nemours, réduit au désespoir par la belle ton, Paley, and Burke, who only assigned déiense de la princesse de Clèves.'—vol i. pp. 106, reasons for supporting a Church, which 107.

the nation was resolved to support whethWe conclude with two pleasantries

er reasons were given them or not. It is there are not very many of these in the becoming real, earnest, and practical, as book that we should have liked to quote:

in a question of life and death ;-and Mr.

Gladstone's work is one of the first which On nom mait la Saône en présence d'un Parisien has appeared with this change of tone and qui étalait la simplicité savante de son maintien sur argument. le joli quai de Macon. A Paris, nous appelons cela la Seine, dit-il en souriant. Le Mâconnais ajoute character, we should be inclined to speak

If Mr. Gladstone were an ordinary n'existe qu'une seule rivière au monde.?-vol. 1. p. most strongly of the singular vigour, 134.

depth of thought, and eloquence, which

he has displayed in his essay. But he is This is confessedly a Joe Miller-and evidently not an ordinary character; perhaps the next may belong to the same though it is to be hoped that many others category :

are now forming themselves in the same

school with him, to act hereafter on the Lyons, le 19 Mai, 1837.

same principles. And the highest com• Il y a trois jours qu'un M. Smith, Anglais puri. tain, établi ici de puis dix ans, a jugé à propos de pliment which we can pay him is to show quitter la vie ; il a avalé un flacon contenant une that we believe him to be what a statesfort malade, mais ne mourait point, et, pour passer ent to his own reputation for talents, and once d'acide prussique. Deux heures après il était man and philosopher should be-indiffer. le temps, il se roulait sur son plancher, Son bôte, only anxious for truth and right. honnête cordonnier, travaillait dans sa boutique au. dessous de la chambre; étonné de ce bruit singu.

With this impression it would be idle lier, et craignant qu'on ne gåtát ses meubles, il to divert attention from real points of monte; il frappe, pas de réponse ; il entre alors par interest, by criticisms upon minor quesune porte condamnée, il est effrayé de la position tions of detail or style. When Mr. Gladde son Anglais, et envoie chercher M. Travers, chirurgien célèbre, ami du malade. Le chirurgien stone has written more on these subjects arrive, médicamente M. Smith et le met bien vite as it is to be hoped he will-he will hors de danger; puis il lui dit :

write with greater ease and clearness. '- Mais que diable avez-vous donc bu ? De l'acide prussique.

At present his language is the natural exImpossible, six gouttes vous auraient lué en pression of a high-toned and powerful un clin d'oeil.

mind labouring to reach a truth deeply - On m'a bien dit que c'était de l'acide prus. felt, but indistinctly discerned, through a sique. Et qui vous l'a vendu ? complication of popular errors.

Men Un petit apothicaire du quai de Saông. ? cannot carry on a resolute struggle against ' - Mais vous vous servez ordinairement chez sophistry with the same smoothness and votre voisin Girard, là, vis-a-vis votre porte, le pre. simplicity with which they enunciate tru, mier pharmacien de Lyons. - Il est vrai; mais la dernière fois que j'ai

isms. And perhaps even the occasional acheté une médecine chez lui, j'ai dans l'idée qu'il obscurity of his style may do good, if it me l'a vendue trop cher !-vol. i. p. 155.

compel those who read, and, still more, those who propose to apply his theory,

6

« ForrigeFortsett »