Sidebilder
PDF
ePub
[ocr errors]

Determinate Pluperfect (Tempo trapassato remoto).

Conditional Past (Tempo condizionale passato).
I had loved
I had feared

I had felt I should have loved I should have feared I should have felt
éb-bi
éb-bi
eb-bi

Q-vre-i
Ja-vre-

a-vre-i a-re-sti ) la-ve-sti

la--sti

a-oré-sti
a-ure-sti

a-tré-sti
@b.be
Têb.be

leb.be a-ma-to

a-trib.be

la-vreb.be a-vém-mo

te-mu-to
a-vém-mo

sen-ti-to
a-md-to

a-tréb-be
a-vém-mo
a-tren-mo

te-mu-to
a-vrém-mo

a-vrem-mo

sen-ti-to
al--ste
a--ste
a-vé-ste

a-vré-ste
a-cré-ste

la-cré-ste
eb-be-ro
léb-be-ro
léb-be-ro

a-tréb-be-ro', la-vreb-be-ro? la-vréb be-10
Future (Tempo futuro).

Imperative Moon (MODO IMPERATIVO). ++
I shall love
I shall fear

I shall feel a-me-rit

Love thou
te-me-rò
đen-ti-

Fear thou

Feel thou
a-me-rd-
te-me-ra-i
sen-ti-rai-

d-ma
té.mi

sén-ti
a-me-
te-me-ra
sen - ti-

do not thou love do not thou fear U) I do not thou feel a-mo--mo te-me-ré-mo sen-ti--mo non a-ind-re non te--re

non sen-ti-re a-me--te te-me-réate sen-ti--te

d-mi

té-ma 11

sen-ta a-me-rin-no te-me-ran-no sen-tic - no

a-mid-mo

te-mid-mo

sen-tia-mo a-ma-te

te-me-te

sen-ti-te
Future Perfect (Tempo passato di futuro).

-mi-no
-ma-no

sen-ta-no
I shall have loved I shall have feared I shall have felt
a-vro
la-vro
la-vr

a-ma--te, a-ma-rán-no, in the place of amerò, etc., is the Tuscan of

Venetian gondoliers, Sclavonian sailors, and other such learned people, as a-uráci la-vrd-i a-vrdi

Barretti saye. a-vrà Ja-vr la-vrà

# See notes to the conditional present of essere. a-md-to

tc-mu-to a-tré-mo

sen-ti-to
a-vré-mo
la-vre-mo

Of course it is erroneous to say-a-ma-rés, a-ma--sli, etc. The forts

ameria, temeria, and seriliria, for the first person of this tense, were perhaps a-uré-te a-vré-te a-vré-te

more frequent in old writing*, especially in old poetry, and the dialect of a-vrán-no c-vrán-no la-vran-no

some provinces, e. g. of Venice, appears to make a more frequent use of it

than that of others. Conditional Present (Tempo condizionale presente). I

Il The difference between this person of the plural and the same person of

the future is a double m. The fornis amarossimo or amercssimo, for ameI should love I should fear I should feel remmo, and sentiressimo for sentiremmo are erroneous. a-me-rê-i, or te-me--i, or sen-ti--i, or

This person changes the syllable rele of the future into reste.

** This person adds ro to the termination ebbe of the singular. The ter. a-me-ri-a te-me-ri-a sen-ti-ri-a

mination ebbono is milder than ebbero. The termination iano is formed by 4-me--sti te-me--sti sen.ti-ré-sti

adding no to the termination ia of the singular, and is especially in use in a-me-réb-be, or te-me-réb-be, or sen-ti-réb-be, or

poetry and in grave or solemn prose. Instead of iano, especially in poetry,

also the termination ié-no or ien is in use (by changing a of the penultima a-me-ri-a te-me-ri-a sen-ti-ri-a

into e, and transferring the accent from itó e), e. g. a-ma riê-no, te-mea-me-rém-mo || te-me-rim-mo

sen-ti-rém-mo rio no, sen-ti rié-no, for ameriano, temeriano, and sentiriano. This a-me--ste 1 te-me--ste sen-ti-ste

termination is derived from an obsolete termination of the singular, where a-me-réb-be-ro, or te-me-réb-be-ro, or sen-ti-réb-be-ro, or

a was changed into e and the accent transferred to the last syllable. I bare

already stated that in poetry a similar change of vowel and advancement of . a-me-réb-bo-no, or te-me-réb-bo-no, or sen-ti-réb-bo-no, or accent takes place in the third person of the imperfect tense of the a-me-ri-a-no *. te-me-ri-a-no

sen-ti-ri-a-no indicative mood, e. g: a-rié no or a-rién, for arerano, de-dié-no for rede.

cano, they saw;'ve-nie-no for renirano (irom venire), they came ; po-tiê-no

for poterano (from potere), they could ; mo-viên si for si moderano (from * This tense (along with the conditional present, which, by changing o muorersi), they moved, etc. into é-i, may be derived from it, and is in some respects its subjunctive the second person singular of this mood is identical with the third person

*+ See notes to the imperative mood of essere. In the first conjugation fare, to do; stare, to stand; and dire, to say, form it in the regular was singular of the presene tense, indicative mood, and in the other conjugations pointed out in the synoptical table, thus : daro, farð, stard, and dirò. Other

with the second person singular of the same tense, thus: irregular verbs merely throw away the final vowel of their penultima. They

ama, he loves.

ama, love thou: are-an-da-re, to go; a-ré-re, to have; do-ve-re, to be obliged ; po-tére, to be

temi, thou fearest, temi, fear thou. able; sa re, to know, and re--re, to gee; with the future and conditional

senti, thou feelest.

senti, feel thou. present as follows: an.drò, an-dré-;(for an-de , an-de-ré-i), a-vrò, a-vre-i do-trò, do-tri-i, vo trò, po-tre-1, sa-prò, sa pre-, te-drồ, te-dre-i. The

The only exceptions to

this rule are the verbg-avere, essere, and irregular verbs-ri-ma-re, to remain; do--re, to feel pain; pa--re, to sapere, with the following second persons singular of the imperative appear; te--re, to hold

; va--re, to be worth; and roulé re, 'to be willing, mood : abbi, have thou; sii or sia, be thou; and sappi, know thou. In the form these tenses by contraction, thus: ri-mar-, ri-mar--i, dor-, dor first conjugation the third person singular of this mood everywhere ends -i, par-rò, par--i, ter-, ter--i, varró, tar--i, vor , tor-ré.i. ini, in the two other conjugations in å; and it is, therefore, identical with Only ihree veros of the third conjugation-ve-ni-re, to come; mo-ri-re, to the third person singular or the subjunctive mood, just as if one would say, die; and sa-li re, to mount, form these tenses with the same sort of conf-o vô-glio or co-mán do ch' egli) d-mi, -ma, sér ta. This is natural, bem traction, thuis: ver-rò, cer-i, mor-ro, morré-s, and sar:rò, sarnêr. (only order to a person to whom we speak, while the third person of this woord used in poetry for sa-li-, sa-li réi). The preceding contractions are formed by omitting the final vowel of the penultima and changing the cona merely addresses an indirect order to a person, generally absent, of whom sonant preceding the vowel into r, e.g. ral'rò, changed into carro (from we speak. The first person plural of the imperative mood is everywhere valere); dol' ro, into dorrò (from dolere); ren' rò, into verrò (from venire). identical with the first person plural of the present tense, thus: Irregular verbe, the infinitive mood of which is contracted, derive their

amiamo, we love. amiamo, let us love. future tense and present conditional either exclusively from the con

temiamo, we fear. temiamo, let us fear, tracted, or from the contracted as well as from the original form of their

sentiamo, we feel. sentiamo, let us feel. infinitive. They aremad-dur-re, to bring or adduce (with the other compounds of dúr. re, which comes from the Latin ducere); be-re The second person plural is identical with the second person plural of the (from -ve-re), to drink; cór-re (from cô-glie-re), to gather; pór.re present tense indicative mood, thus : (from the antiquated -ne-re), to put; sciór.re (from scioglie-re),

amate, you love.

amale, love ye. to loose or diasolve; scér-re (from scé-glie-re), to select; tór-re (irom la

temete, you fear.

temete, fear ye. glie-re), to take away; and trár-re (from the antiquated tra-e-re or trág

sentile, you feel.

sentite, feel ye. Xe-re), to draw: with their future tense and present conditional--ad-dur. ço, al-dur--i (for adducerò, adducerei), be-rô (and be-re-rò), beres (and the above-mentioned verbs, avere, essere, and sapere, likewise, are the onis be-re--i). cor.ro (and co-glie ), cur-ré.2 (and co-glie--i), por-rò, por exceptions to this rule, for their second persons plural of the imperative ré-i, scior-(and scio-glie-), scior-ré i (and scio glie-. ii, scer-rò (and mood are-abbiate (not avete), have ye; siate (not siete), be ye; and sapsce-glie rò), scer.ré-i (and sceglie--i), tor:(aud to-glie-), tor-ré.iland piate (not sapete), know ye. The third person plural of this mood (for the to-gliere.i), trar , trar-rei. Of-jer-and 01-fer--i, 804-fer-rò and same reason mentioned with regard to the third person singular) is identical soffer-i, may be considered as antiquated, as the verbs of fe-ri.re or with the third person plural of the present tense, subjunctive mood, thus: of-fri re, to offer; sof.se-ri-re or snf-fri-re, to suffer, now form their future tente and present conditional in a regular way.

amino, they may love.

amino, let them love. These are I believe the principal irregularities to which, in their future

temano, they may fear.

temano, let them fear. tenses and present conditionals all the Italian verbs are liable. I consider

sentano, they may feel.

sentano, let them feel. such generalizing explanations as useful, and a frequent reference to the n

+ Those who say, in the third person singular-temi, let him fear; senti, will enable even a short memors to retain the numerous parleties of the allan verbs.

et him feel; and in the third person plural-temino, let them fear; sentino, To write and pronounce a-ma-rò, a-ma-rá-i, a-mara, a-ma-ré-mo, lavere.

et them feel, must not bo imitated. "Sce note to the imperative mood of

I may feel

-ma

b

[ocr errors][merged small][ocr errors]

rer.

[merged small][ocr errors]

SUBJUNCTIVE Moon (Modo CONGIUNTIVO).

FRENCH READINGS.-No. XXI.
Tempo presente. *

LE GIRONDIN ET LE CENT-SUISSE,"
I may love.

I may fear
ásmi
-ma
san-

SECTION I.
d-mi
-mat

senta

GENsonne s'était trouvé tout à coup séparé de ses com. d-mi

set-to
a-midi-ino
te-mid-mo

sen-tid-ino pagnons ordinaires. Il s'étonna d'être conduit? dans un
a-mid-te
te mid te

sen-tid-te cachot qu'il ne connaissait point, et qui ne paraissait pas d-mi-no lé-ma-no

sen-ta-no pouvoir admettre plus d'un prisonnier. Quoiqu'il lui coûtât

d'être éloigné de ses amis pour le peu de moments qu'il avait Imperfect (Tempo presente di passato). I

encore à passer avec eux, il ne pensa pas à se plaindre; I might love I might fear I might feel

car il avait toute la résignation qui vient de la force; a-mus si te-mér-si

sen-tis-si

mais sa surprise redoubla quand il vit le guichetier qui a-más-si te-més-si

sen-tís-si

l'escortait refermer la lourde porte en dedans," poser sa lana-más-se te-més-se

sen-tis-se terne sur le pavé, et s'asscoir sans façon au pied de l'étroite a-mas-8i-mo te-mi's-si-mo

sen-tis-si-mo couchette qui composait tout l'ameublement de ce trou. a-mu-ste te--ste

sen-ti-ste Gensonné recula’ d'un pas. Le guichetier ôtad son bonnet, a-mis-96-70 te-més-80-90

sen-tís-se-ro passa la main dans ses cheveux,& et regarda fixement le

député. Perfect (Tempo passato).

-- Eh bien ! dit Gensonné, dois-jee vous avoir" ici pour I may have loved I may have feared

I may have felt

témoin ou pour gardien, maître Pierre, pendant ces heures üb-bia db-bia láb-bia

d'agonie que les lois d'aucun pays n'ont disputées à la soli-
ab-bi, or
cib-bi, or
ab-bi, or

tude et au recueillement ?
ab-bia
ao-bia
ab-bia

-Non, lui répondit le guichetier, nous allons nous sépaab-bia Ya-md-to db.bia te-mu-to ab-bia sen-ti-to

Mais répondez-moi d'abord :" me reconnaissez-vous ?'
ab-bid-mo
lab-ba - 10

lab-bid-mo
ab-bia-te
lab-bia-te
ab-bid-te

GENSONNE'.
ab-bia-no
láb-bia.no
jab-bia-no

J'ai quelque reminiscence 12 de vous avoir vu ailleurs, une
Pluperfect ( Tempo trapassato).

fois ou deux, je ne sais où, et cette impression m'a légère

ment occupé quand je vous ai retrouvé ici.
I might have loved \I might have feared, I might have felt
Q-vés-si
a-vés-si
a-vés.si

PIERRE ROMOND.
d-to-si
a-vés-si

Ja-vés-si
2-0€8-8
a-ves.se
a-vés-se

Ne vous rappelez-vous pas du moins 13 le nom de Pierre
a-md-to
A-rés-si-mo

te-mu-to

sen-ti-to
a-vés-si-mo
a-vés-si-mo

Romond de Payerne, cent-suisse de Sa Majesté Louis XVI.
0-v6-ste
la-ve-ste

Ja--ste
Q-rés-se-ro

GENSONNE'.
ia-ves-sc ro
ja-vés-se-ro

Pierre Romond de Payerne!.... C'est aussi un souvenir : The learner will observe that the three persons singular of this tense in vague li dans mon esprit, un souvenir qui tients du rêve.... the first conjugation end in i and in the two others in a.

All Italian verbs et qui ne me paraît's important ni pour vous ni pour moi. in the first and second persons plural of this tense end in iamo and iate. L'occasion ne me paraît pas 18 favorable pour s'en entretenir. The third person plural in the first conjugation ends in ino, and in the two

PIERRE ROMOND. * Some writers frequently used the second person singular of this tense in the second and third conjugation with the termination i in the place of a, Plus favorable que voush ne pensez."? Vous n'avez pas clared the termination

i to be the regular one. It also cannot be denied oublié sans doute 18 la journée du 10 août. Elle est assez. that usage tolerates both terminations in a and i. The advantage, however, memorable. of distinguishing between the three persons singular ending in a, is perhaps counterbalanced by the disadvantage of confounding, with regard to this

-La journée du 10 août, dit Gensonné,19 en couvrant son person and tense, the indicative with the subjunctive mood, for temi and front de sa main, je m'en souviens! Elle n'aurait pas empored to limit the use of the termination i to those verbs in which the secona porté tout l'avenir de la société européenne avec elle,20 conbe remon singular of the present tense subjunctive mood cannot be confounded tinua-t-il à demi-voix, si des conseils insensés n'avaient préwith the same person of the indicative mood, e. g. po--re, to be able; valu sur les miens.

-pé.re, to know; po--re, to be willing, etc.; the indicative mood of
Which la-pub-i, thou art able; sa-i, thou knowest; vuó-i, thou art willing,

PIERRE ROMOND,
etc.; and the subjunctive mood-pôs-si or pós-, thou mayest be able;
sáp.pi or sáp-pia, thou mayest know; vogli or -glia, thou mayest be

Le 10 août, Monsieur Gensonné, vous ?: avez arraché un
Waling, etc. Also the analogy of the first conjugation, where the three
persons singular of this tense' have the identical termination i, appears, to soldat suisse à la fureur du peuple.
speak in favour of the identical termination a of these persons, in the
second and third conjugation. I have on this account, and supported by the

GENSONNE'.
authority of modern writers and grammarians, in the paradigms, adhered to
the latter terminations. Some people even say, in the second conjugation, J'ai eu le bonheur d'en sauver quelques uns, et un entre
lear; and in the third-senti, he may feel ; sentino, they may feel; which autres que vos traits me rappellent.... Mais où voulez-vous
certainly is an erroneous provincialism.

en venir ?
* This tense of the subjunctive mood is liable to no irregularities what.
ever. It is derived by changing the st of the second persons singular of the

PIERRE ROMOND.
indeterminate preterite-amasti, temesti, and sentisti, in the two first persons
singular, into 88; by changing, in addition to this, in the third person singu- Nous y sommes, grâce à Dieu. Après m'avoir délivré
der the final e into e; by adding, in the first person plural, mo to the first vous m'avez conduit chez vous, 33 vous m'avez couvert de vos
person singular. The second person plural is identical with the second vêtements; l'uniforme que je portais m'aurait livré à la
person plural of the indeterminate preterite. The termination ero of the thira mort, vous m'avez donné de l'argent pour vivre et pour re-
person plural may be changed into ono, e.g, a mis-so-no for amassero,
le-mês.co.no for temessero, and sen-tis-so-no for sentissero. This change

gagner mon pays.

Je n'ai pas quitté Paris 24 où je pouvais differentes to the imperfect subjunctive of arere) may take place in cacher mon nom et mon existence dans un atelier, en tra

well as in poetry, though formerly writers vaillant d'un métier que je sais. much more frequently used it than now. Those that say tu amasti for tu amassi, tu temesti for lu temessi, and tu sentisti for tu sentissi, are wrong; for they confound the second person singular of the indeterminate preterite, Those writers that say amassino: temessino, and sentissino, tor amassero, of the indicative mood, with the same person of the imperfect subjunctive temessero, and sentissero, are not to be approved.

[ocr errors]

others in ano.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][graphic][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]
[ocr errors]

GENSONNE'.

Si de ce nom chéri le puissant intérêt E'coute seulement; quand je fus a sez heureux? pour Me fait obtenir grâce et vaincre mon sujet ! sauver un homme tel que toi, que faisais-tu ?

Ce sujet, je l'avoue, est un rien,' peu de chose,

Un fait que j'aurais peine à bien conter en prose,
PIERRE ROMOND.

Tant l'histoire en est simple ! et je l'essaie en vers!.... Ma compagnie était détruite,13 je restais seul. Je venais Hélas ! par ce récit, un ami des plus chers des jeter mes armes; je me sauvais.

Me fit, il m'en souvient, verser de douces larmes ;

Aura-t-il dans ma bouche aujourd'hui mêmes charmes ?š GENSONNE".

Il n'y faut pas compter ;o mais encore une fois, Voilà qui est bien. E'coute-moi. Si une heure aupara- Sur tous les tendres cæurs Fénelon a des droits. vantje t'avais proposé de te réfugier chez moi, en abandonnant ta compagnie, que m'aurais-tu répondu ?

Une main plus savante a produit' sur la scène7

Du prélat de Cambrai l'âme sensible, humaine ;
PIERRE ROMOND.

Elle a fait reconnaître, aux traits dont il est peint,

L'ange, le philosophe, et l'apôtre et le saint: Cela ne fait pas de difficultés. Je vous å urais dit que

Ce digne monument suffirait à sa gloire; j'étais à mon poste, et qu'un poste ne se quitte jamais.

J'offre encore une fleur à sa douce mémoire ;
GENSONNE'.

Et par un trait vulgaire et sans art raconté

Je ne veux cette fois 10 que louer sa bonté. Eh bien! mon ami, ma place est où je suis, comme celle du soldat devant l'ennemi. Quand la liberté n'est plus," Victime de l'intriguell et de la calomnie; le poste des GIRONDINS17 est à l'échafaud.

Et par un noble exil expiant son génie, N'insiste pas, continua-t-il en l'embrassant encore, tu ne

Fénelon dans Cambrai, regrettant peu la cour, ferais quels te compromettre sans me servir, car ma réso- Répandait des bienfaits 12 en recueillant l'amour; lution est invariable.... et pour cette fois, six heures Instruisait,' consolait, donnait à tous l'exemple. sonnent.

Son peuple, pour l'entendre accourait dans le temple ;!? Pendant cette contestation généreuse, Gensonné ne s'était Il parlait et les cæurs s'ouvraient tous à sa voix.14 pasi défait' du trousseau de clefs que le Suisse avait remis entre ses mains. Il s'en serviti pour ouvrir20 la porte du

Quand du sajnt ministère ayant porté le poids, cachot, et il le rendit à Pierre qui le regardait tout conterné.

Il cherchait vers le soir le repos, la retraite, 15 --Adieu, lui dit Gensonné,21 adieu, mon frère; va où l'on

Alors, aux champs, 16 aimés du sage et du poète, t'envoie, je t'en prie, et, s'il le faut, je l'exige au nom de

Solitaire et rêveur, il allait s'égarer ; notre amitié. Si tu tardais, tu serais puni,22 et je n'aurais

De quel charme, à leur vuc,' il se sentopénétrer! pas la consolation de te voir encore une fois ce matin. Il médite, il compose,ls et son âme l'inspire;

Jamais un vain orgueill' ne le presse d'écrire,
CHARLES NODIER.

Sa gloire est d'être utile ;20 heureux quand il a pu'

Montrer la vérité, faire aimer la vertu !
COLLOQUIAL EXERCISE.

Ses regards animés d'uncai famme céleste 1. Comment Romond com- 13. Que dit Romond à l'égard

Relèventi de ses traits la majesté modeste; mença-t-il sa réponse ? de sa compagnie ?

Sa taille est haute et noble ;22 un bâton à la main, 2. Que dit-il de quelques mois 14. Quelle question Gensonné

Seul, sans faste et sans crainte, il poursuitk son chemin, de prison ? lui proposa-t-il alors ?

Contemple la nature23 et jouit de Dieu même. 3. De combien se dit-il arriéré | 15. Quelle aurait été la réponse envers Gensonné?

du cent-suisse ? 4. Quand dit-il qu'il sera trop 16. A quelle place le Girondin

COLLOQUIÁL EXERCISE. tard ?

compare-t-il la sienne ? 5. Que fit alors le Girondin?

1. Comment l'auteur 17. Quel était, selon lui, le 6. Que dit Gensonné au gui

mence-t-il ?

Cambrai? poste des Girondins ? chetier? 18. Que dit Gensonné en em

2. Que dit-il du nom de Fé- | 13. Que faisait le peuple ? 7. Que dit-il de Garat? brassant le Suisse ?

nelon?

14. Quel était l'effet des paroles 8. Que dit Gensonné en pré- | 19. Où était le trousseau de clefs

3. Quedit-il à l'égard du sujet? du digne archevêque ? sentant un anneau au Suisse ? pendant cette contestation ?

4. Que fit un des plus chers | 15. Que cherchait-il le soir ? 9. Que dit alors le Suisse ?

amis de l'auteur ?

16. Où allait-il s'égarer? 20. Quel 'usage Gensonné en 10. Que répondit Gensonné? fit-il ?

5. Quolle question l'auteur | 17. La vue de la campagne lui

fait-il ensuite ? 11. Quelle question lui fit | 21. Comment fit-il ses adieux

plaisait-elle ? Pierre ?

6. Comment y répond-il lui. | 18. Que faisait-il pendant ses au guichetier ? 12. Comment le Girondin ré.

même ? 22. Que lui ait-il des suites du

promenades? pondit-il ? retard ?

7. Qu'est-ce qu'une main plus | 19. L'archevêque écrivait-il par savante a fait ?

vanité ? NOTES AND REFERENCES.--a. from vouloir; L. part ii., p.

8. Qu'a-t-elle fait reconnaître ? 20. Quelle était sa gloire ? 110.–6. état, cocation.c. from mourir; L. part ii., p. 96.

9. Qu'offre l'auteur ?

21. Quelle était l'expression des d. L. S. 41, R. 7.-e. from valoir ; L. S. 48, R. 6. -- f. from re

10. Que veut-il faire par un regards de Fénelon prendre ; L. part ii., p. 104.-9. L. S. 25, R. 2.-H. n'est plus,

trait vulgaire et raconté sans 22. De quelle taille était Féne

lon? is no more.-. ne s'était pas défait, had not given buck, parted 11. De quoi Fénelon était-il | 23. Que faisait-il en poursui. milk.-;. s'en servit, used it ; L. S. 38, R. 2.

victime?

vant son chemin ?

com

| 12. Camerafaisait Fénelon dans

art?

UNE PROMENADE DE FENELON.

SECTION I. PARLER de Fénelon' c'est un titre pour plaire, "Trup burcur si mes genus omportent ce salaire,

NOTES AND REFERENCES.—a. peu de chose, a trifle.-6. I. part ii., $ 39, R. (17).-c. from essayer ; L. part ii., $ 49, R. (2). -d. il is here unipersonal.--e. encore une fois, I repeat it; literally, once more.-f. from produire ; L. part ii., p. 100.-9. vulgaire, ordinary, commonplace.-h. from instruire; L. part ii., p. 94.i. from pouvoir ; L. part ii., p. 100.--;. relèvent, increase. -k, from poursuivre ; I. part ii., p. 98.

ON

[ocr errors]

1911

....

from naître ; L. part ii., p. 96.-9. l'auront, have without doubt. SECTION II.

-h. from mourir; L. S. 60, R. 2; also L. part ii., p. 96.-.
Il visite souvent les villageois qu'il aime,

pieds de devant, fore-feet.-;. from rire; L. part ii., p. 104,
Et chez ces bonnes gens, de le voir tout joyeux,
Vient sans être attendu, s'assied au milieu d'eux,

SECTION III.
E'coute le récit de’ peines qu'il soulage
Joue avec les enfans et goûte le laitage.

Fénelon écoutait cette plainte naïve,

Mais, pendant l'entretien, bientôt le soir arrive ;
Un jour, loin de la ville ayant long-temps erré,

Quand on est occupé de sujets importants,
Il arrive aux confins d'un hameau retiré,

On ne s'aperçoit paso de la fuite du temps.
Et sur un toit de chaume,- indigente demeure,

Il promit en partant, de revoir la famille.3
La pitié le conduit, une famille y pleure.”

-Ah Monseigneur, lui dit la plus petite fille,
Il entre ; et, sur-le-champ, faisant place au respect,

Si vous vouliez pour nous la demander à Dieu,
La douleur un moment se taîtd à son aspect.

Nous la retrouverions.—Ne pleurez plus. Adieu.
O ciel ! c'est Monseigneur ! .... On se lève, on s'empresse ;
Il voit avec plaisir éclater leur tendresse.

Il reprend son chemin, il reprend ses pensées,
- Qu'avez-vous,' mes enfants ! D'où nast' votre chagrin ? Achève en son esprit des pages commencées ;
Ne puis-je le calmer? Versez-le dans mon sein;

Il marche; mais déjà l'ombre croît, le jour fuit;
Je n'abuserai point de votre confiance.

Ce reste de clarté qui devanced la nuit?
On s'enhardit alors, et la mère commence ;

Guide encore ses pas à travers les prairies,
-Pardonnez, Monseigneur; mais vous n'y pouvez rien ; Et le calme du soir nourrits ses rêveries.
Ce que nous regrettons c'était tout notre bien ;

Tout à coup à ses yeux, un objet s'est montré ;o
Nous n'avions qu'une vache !10 Hélas ! elle est perdue : Il regarde, il croit voir, il distingue, en un pré,
Depuis trois jours entiers 11 nous ne l'avons point vue ;

Seule, errante, et sans guide, une vache, 10 c'est celle
Notre pauvre Brunon !.... nous l'attendons en vain!

Dont on lui fit tantôt un portrait si fidèle ;
Les loups l'auront: mangée, et nous mourrons de faim. Il ne peut s'y tromper !11.... Et soudain, empressé,
Peut-il être un malheur au nôtre comparable ?

Il court dans l'herbe humide 12 et franchit un fossé,
-Ce malheur, mes amis, est-il irréparable ?13

Arrive haletant; et Brunon complaisante,
Dit le prélat; et moi, ne puis-je vous offrir,

Loin de le fuir, vers lui s'avance et se présente ;13
Touché de vos regrets, de quoi les adoucir ?

Lui-même satisfait, la flattes de la main.
En place de Brunon, si j'en trouvais une autre p14
---L'aimerions-nous autants que nous aimions la nôtre ? Mais que faire? va-t-il poursuivre son chemin,
Pour oublier Brunon, 16 il faudra bien du temps !

Retourner sur ses pas ou regagner la ville ?14
Eh! comment l'oublier, ni nous ni nos enfants ?

Déjà pour revenir, il a fait plus d'un mille!...
Nous serions bien ingrats!.... C'était notre nourrice !

-Ils l'auront dès ce soir, 18 dit-il, et par mes soins ;
Nous l'avions achetée étant encore génisse!

Elle leur coûtera quelques larmes de moins.
Accoutumée à nous, elle nous entendait, is
Et même à sa manièrels elle nous répondait;

Il saisit à ces mots la corde qu'elle traîne, 17
Son poil était si beau ! d'une couleur si noire ! 19

Et marchant lentement, derrière lui l'emmène.18
Trois marques seulement,20 plus blanches que l'ivoire,
Ornaient son large front et ses pieds de devant.

Venez, mortels si fiers 19 d'un vain et mince éclat,
Avec mon petit Claude elle jouait souvent ;21

Voyez, en ce moment, ce digne et saint prélat, 20
Il montait sur son dos ; elle le laissait faire !

Que son nom, son génie, et son titre decore,
Je riais..... A présent nous pleurons au contraire !

Mais

que tant de bontézi relève plus encore !
Non, Monseigneur, jamais ! il n'y faut pas penser, 22

Ce qui fait votre orgueil, vaut-il un trait si beau ???
Une autre ne pourra chez nous la remplacer.
COLLOQUIAL EXERCISE.

COLLOQUIAL EXERCISE.

1. Que faisait Fénelon ? 12. Que fit-il soudain ?
1. Que faisait souvent le pré- | 12. Que dit-elle des loups ? 2. Qu'arrive-t-il quand on est 13. Que fit alors Brunon?
lat ?

13. Comment Fénelon répon-
2. Que faisait-il au milieu des

occupé de sujets importants ? 14. Quelles questions le digne
dit-il ?
bonnes gens ?

3. Que promit le prélat, en

archevêque se fit-il alors ? 14. Quelle proposition fit-il ?

partant ?

15. Avait-il fait beaucoup de
3. Où arriva-t-il un jour après 15. Que répondit la mère ? 4. Que lui dit la plus petite

chemin?
avoir long-temps erré ? 16. Que dit-elle de Brunon ? fille ?
4. Où la pitié le conduisit-elle? | 17. La vache les entendait-

16. Que dit-il enfin ?

5. Que fit-il alors ?
5. Que trouva -t-il dans la

17. Que fit-il après avoir dit
elle ?
chaumière ?

6. Qu'acheva-t-il dans son es-
18. Comment leur repondait-

ces paroles ? 6. Que dirent les villageois en

prit ?

18. Que fit-il en marchant len-
elle ?
7. Quelle lumière guidait les

tement?
apercevant l'archevêque ? 19. Quelle était la couleur de
7. Que leur dit l'archevêque ? son poil ?

pas du prélat à travers les 19. A qui l'auteur s'adresse.
prairies ?

t-il ?
8. Quel fut l'effet de ses pa- 20. Que remarquait-on sur son
roles ?

front et sur ses deux pieds d.

8. Quel effet avait le calme du 20. Que leur montre-t-il?:

soir ? 9. Comment la mère com- devant ?

21. Qu'est-ce qui relère Fé9 Qu'arriva-t-i alors ?

nelon encore plus que son mença-t-elle ?

21. Que faisait Brunon avec le 10. Cue crot-i distinguer dans
10. Que dit-elle à l'égard d'une

génie?
petit Claude?
vache ?

un pré?

22. Quelle question l'nuteur
22 Comment sa paysanne con 11 Qu'ele fut la conclusion du
11. Depuis combien de temps

fait-il ici?
clut-ello?
ne l'avait-on pas vue!

préiat ?
NOTES AND REFERENCES.- a. L. S. 23, R 9.--6. from s'as. resumes.-C. croît, increases :

NOTES AND REFERENCES. -a. I
seoir ; L. part ii., p. 78.-c. from condurre; L. part ii., p. 82.-d. devance, precedes.-e.
d. se tait, ceases ; literally, as silent ; from se taire; L. part ii., flatte, caresses her.-h..
p. 108.-e. qu'avez-vous ? what is the matter ?-f. naît, comes ; 'p. 78.--i, fait, walked

T

« ForrigeFortsett »